Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 15:48
Cliquez sur les images pour les agrandirCliquez sur les images pour les agrandir

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

Les deux "Absolute" (non, pas la vodka...) de Franck Buioni sont de véritables confiseries que l'on déguste, ou que l'on dévore, avec un plaisir réel non dissimulé.

 

Même si les pavés sont impressionnants, voire décourageants, rien qu'en les regardant du fait de l'épaisseur des bébés, l'auteur aux lunettes noires nous transporte dans un univers incroyable et incroyablement passionnant.

 

Loin d'être un sujet évident à aborder au vu de la quantité incroyable (oui j'aime ce mot...) d'informations à traiter, à lire, à compulser, à couper, vérifier, traduire, et j'en passe, de recherches sur la contre-culture, il n'en demeure pas moins d'une... incroyable... fluidité.

 

Si Franck Buioni n'a pas déménagé pour s'installer dans un service hospitalier en charge de la psychiatrie, après un tel périple à rendre dingue le commun des mortels, nous pouvons donc augurer de nouvelles parutions dans un avenir plus ou moins proche.

 

Si je devais trouver un bémol, ce serait uniquement au niveau de la correction de l'éditeur qui est perfectible sur certaines parties. Mais ce n'est qu'un détail après tout.

 

L’auteur a absorbé une masse considérable de travail qu’il a su restituer sans jamais lasser le lecteur. Mieux, il saupoudre ces lignes d'un humour qui aère le récit ; parfois (souvent) acide, et à recadrer dans le contexte afin de mieux l'appréhender, mais absolument plaisant et rafraichissant.

 

Franck Buioni est un auteur qui n'a pas peur des mots ni de défendre son point de vue. Certains le reprocheront en arguant qu'un auteur se doit de reporter uniquement des faits en restant d’une totale neutralité ; je pars du principe au contraire que l'auteur ne doit pas s'empêcher de donner son avis, ce qui rend l'ouvrage encore plus intéressant. 

 

On pourra noter des répétitions, mais là encore, du fait de la taille de l’ouvrage, certaines répétitions permettent de mieux se recentrer sur le sujet et de ne pas en perdre le fil.

 

FB (non non pas Facebook) a cette faculté de vous donner envie d’en savoir encore plus ; durant toute la lecture, je me suis plongé dans des films que pourtant je connaissais. Mais je les ai regardé « autrement », et avec encore plus de plaisir. J’ai lu des livres, comme pris d’une incroyable boulimie suite à ce que je pouvais lire dans ces pages. Les passages sur les Stones m’ont donné envie de me plonger encore plus dans leur univers. Son livre sur Peter Gabriel, je l’ai lu en écoutant un à un chacun des albums de cet artiste que j’adore.

 

Le deuxième tome parle par exemple de personnages que j’adore depuis l’adolescence : Robert De Niro, Al Pacino, un petit clin d’œil à Ra Liotta, Martin Scorcese, Brian De Palma, Francis Ford Coppola, Oliver Stone. D’autres personnages hauts en couleur circulent dans ces pages tels Phil Spector, William Friedkin, pour ne citer qu’eux. Sans oublier l’Exorciste qui vous fera frémir d’effroi encore une fois.

 

Le premier volet vous transportera dans l’univers d’Apocalypse now, des Rolling Stones, d’Easy Rider, et vous pourrez y découvrir la personnalité singulière de Dennis Hopper. Un grand moment également avec le passage sur la tuerie d’Hollywood et l’assassinat commandité par Charles Manson de Sharon Tate, l’épouse d’alors de Roman Polanski.

 

Que l’on soit dans la quarantaine ou la cinquantaine (et plus si affinité), ou tout simplement un amoureux du cinéma ou simplement curieux, ces pages vous parleront à coup sûr, réveilleront des souvenirs et des envies.

 

Vous y serez happés par son « amour immodéré » des 80’s, mais vous n’en sortirez pas indemne,  c’est une certitude.

 

C’est le genre de livre qui fait peur quand on soupèse le bébé, mais que l’on ferme à regret une fois la dernière page tournée. Après tout, vu la somme incroyable (ça faisait longtemps) d’informations, rien n’empêche de se replonger dedans…

 

 

  1. ABSOLUTE DIRECTORS Rock, cinéma et contre-culture (622 pages)
  2. ABSOLUTE DIRECTORS Le temps de la décadence (1006 pages)
  3. (bientôt)

 

Ah ! J’oubliais… Merci Franck B… !

 

->http://www.amazon.fr/ABSOLUTE-DIRECTORS-Rock-cin%C3%A9ma-contre-culture/dp/2357791357

 

->http://www.amazon.fr/ABSOLUTE-DIRECTORS-d%C3%A9cadence-Franck-Buioni/dp/2357794461/ref=la_B004MWNXQA_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1399042453&sr=1-2

Repost 0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 21:15

couverture_page_un_AD.png

ABSOLUTE DIRECTORS Tome 1

 

Auteur : Franck BUIONI

Édition : Camion noir

Année de parution : 2011

Nombre de pages : 615

Prix : 36 €

 

« Qui n'a pas en tête des images du trio Hopper-Fonda-Nicholson dans Easy Rider, sur fond de riffs signés Steppenwolf ? Des images d'hélicoptères et de napalm magnifiées par (et magnifiant) le « The End » des Doors ? Il suffit de voir une seule fois Martin Sheen danser dans sa chambre d'hôtel au début d'Apocalypse Now ou Marlon Brando, en colonel Kurtz ivre de folie mystique, à la fin du même film, pour s'en souvenir indéfectiblement. Pourquoi Sorcese a filmé les Stones ? Et comment ces images et ces musiques se développent et se transmettent de façon virale dans l'imaginaire du panthéon contre-culturel ? Eh bien, c'est ce que Franck Buioni détaille avec passion, brio et force anecdotes dans cet ouvrage magistral. « I love the smell of napalm in the morning ! » Ça tombe bien, ce livre dédié aux « réalisateurs de l'extrême » est écrit au palmitate de sodium... »

 

Voilà un livre qui se révèle passionnant à lire ! Je ne suis pas à la base un adepte des bouquins sur le cinéma, car cette lecture est souvent synonyme d’ennui chez moi ne trouvant pas la narration assez vivante. Mais quand un bouquin qui traite d’un tel sujet avec autant de brio, arrive à me captiver au point d’acheter certains DVD et livres référencés dans ses pages afin d’en apprendre plus sur des sujets qui habituellement me laisseraient de marbre, il me semble que Franck Buioni réussit avec son style inimitable d’écriture un véritable exploit.

 

Les nombreuses sources citées, ses innombrables recherches, sont vraiment celles d’un passionné, et se révèlent impressionnantes.

 

Le superbe casting que l’on peut voir en couverture est terriblement alléchant il faut bien le dire. Rock, cinéma, contre-culture, sûrement cet aspect qui a happé aussi mon intérêt, qui n’a pas faibli une seule fois, regrettant même de voir arriver la dernière page.

 

Car même si l’auteur se livre à des commentaires acidulés pour ne pas dire acides (mais néanmoins jouissifs) en apportant sa vision personnelle sur les différents protagonistes rencontrés dans cet ouvrage, en plus des anecdotes et des vérités énoncées, la lecture en est un vrai plaisir. C’est d’ailleurs, par cet aspect-là, qu’il donne une touche si particulièrement plaisante à son livre. Franck Buioni use d’une sincérité, d’une franchise (pour ne pas dire gouaille), qui pourrait paraitre déplacée aux yeux de certains puristes qui ne veulent pas un mot de travers ou voir un sobriquet donné à leur idole, mais qui apporte un réel plus à l’ouvrage et sans laquelle le livre perdrait un peu de son sens.

 

Contrairement à certains ouvrages de ce type qui n’abordent que les aspects positifs du star-system, ici rien n’est épargné. Positif ou négatif, tout est abordé, décortiqué, avec la même logique, le même regard.

 

L’apothéose arrive avec le dernier chapitre sur les Rolling Stones, où l’auteur se lâche complètement et qui est succulent et truculent à souhait !


Si je devais regretter un point, chercher le « j’ai pas aimé », cela se situerait non pas au niveau de la qualité même du récit et du style bien au contraire, mais au niveau des correcteurs de Camion noir qui ont laissé un nombre de coquilles indécent.

 

Sur ce vivement le second volume que je savoure d’avance…

Repost 0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:24

 

bruce-frederick-springsteenBRUCE FREDERICK SPRINGSTEEN

Auteur : Hugues Barrière & Mikaël Ollivier
Édition : Le Castor Astral
Année de parution : 2008
Type : Biographie
Nombre de pages : 423
Prix : 24.00 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En guise de résumé de l’ouvrage, quoi de mieux que de lire la quatrième de couverture ? Donc, la voici :

bruce-frederick-springsteen back 

 

Ah ! Lire la biographie d’un chanteur en écoutant en même temps son œuvre, un vrai plaisir. On entre encore plus dans l’univers de l’artiste en question tout en ayant une meilleure compréhension de cet ensemble.


On y découvre celui que l’on surnomme « le boss » sous divers aspects, de sa vie à proprement parlé et de son enfance, de son milieu social, son identité. Les différents thèmes abordés dans ses textes sont décortiqués, de même que ses influences musicales, son rapport avec la religion, la politique, le travail, le racisme, la construction d’une communauté, etc. On y découvre aussi ses influences cinématographiques, littéraires, son écriture, sa double personnalité.


Préfacé par un inconditionnel de Springsteen, Antoine de Caunes, qui a aussi signé un CD audio dans son album « working on a dream », le livre est vraiment bien mené ; on plonge autant dans le négatif que le positif, le portrait est objectif et réaliste.


Il me semble pourtant que certains passages (peu, je vous rassure) sont légèrement trop romancés à mon goût, mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’ouvrage.


De même, dans ces 423 pages, certains aspects sont vraiment redondants, car abordés sous des angles différents, ce qui rend quelques paragraphes superflus et inutiles.


C’est toutefois un livre que je conseille, car on y trouve un Springsteen sous un jour différent de celui que l’on connait, avec de nombreux extraits de chansons traduits et expliqués dans le contexte de création.

 

 

 

 

Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 15:48

GEORGE PAPPAS – ALIEN SKIN

 

G32.jpg

 

Cela fait quelques temps que j'avais très envie d'écrire un article sur l'homme qui transforma ma vie musicale. Je parle, bien évidemment de George Pappas alias Alien Skin.

Tel un léger parfum de printemps, George est entré dans ma vie par un bel après-midi d'avril 2010. Auteur-compositeur, George m'a contactée, comme pour beaucoup de fans, par le biais d'un réseau social de grande renommée, afin de faire découvrir son art, sa passion, j'ai nommé la musique Electro pop, New Wave, à légère tendance "romantico-gothique".

Curieuse et assoifée de nouveautés, je me suis mise à écouter le travail de cet artiste. Et comme je le conseille souvent sur ce même réseau social : "Listen, appreciate and love this great artist". C'était chose faite,  je me suis prise au jeu de cet « Alien Skin » en découvrant, non seulement une voix et une musique merveilleusement envoutantes, mais aussi un homme au grand cœur, à l'écoute, et reconnaissant envers ses admirateurs.

En 1962, George n'est encore qu'un petit garçon quand ses parents décident de quitter Athènes pour s'installer en Australie. Il se passionne pour les stars de la pop et du rock  et c'est à ce moment qu'il décide du chemin que prendrait sa vie : la musique. Depuis lors, l'écriture et l'interprétation occupent tout son temps.

George-jeune.JPG

Les années 80 : George fait de la scène, localement, à Melbourne où il enchaîne les concerts avec différents groupes comme compositeur et claviériste. Une expérience très importante pour son avenir professionnel.

G57.jpg

 

Les années 90 : tout a vraiment commencé dans le milieu de ces années là, avec "Real Life", groupe légendaire des années 80 ("Send Me An Angel" (http://www.youtube.com/watch?v=D6zBjYIyz-0)). C'est un des rares groupes de Melbourne jouant de la musique avec essentiellement des synthétiseurs.  George devient fan de ce groupe et le suit. Petite précision, il connaît bien le batteur, Simcic DANNY... Pourquoi, me direz-vous ? Petite anecdote amusante, vous répondrai-je... Simcic et George ont fréquenté la même jeune fille, mais "Heu... pas simultanément" précise George.

Lorsque que le claviériste Richard Zatorski, alors en place, décide de quitter "Real Life", George, le remplace de 1996 jusqu'en 2005. De nombreuses tournées sont programmées aux Etats Unis, en Europe et en Australie. Ils ont côtoyé « Orchestral Manœuvre In The Dark » (O.M.D), Propaganda, lors de l'immense spectacle plein air de Synthstock en 2000 aux USA.

George devient le co-auteur-compositeur de David Sterry, le leader de "Real Life". Ils coécrivent les deux derniers albums, Happy (1997) et Imperfection (2003). Ces deux disques sont largement marqués par le style de George. Personnellement, je distingue aisément le style George/Alien Skin dans les deux derniers albums de "Real Life".

George est atteint de la maladie de Crohn. Cette pathologie entre autre, et la très forte envie d'écrire, de composer et de chanter ses propres chansons le conduiront à quitter la scène et ses compagnons de route. Affaibli et souffrant, quelques heures seulement avant une très lourde intervention chirurgicale,  George se produisait encore avec son groupe.

Très influencé par Martin Lee Gore, David Sylvian, Enigma, et bien d’autres, George Pappas revient en 2008 sous le nom « Alien Skin » et sort son premier album solo "Don't Open Till Doomsday", puis en 2010 "The Unquiet Grave".

2011 sera l'année de naissance d'un troisième album, attendu avec impatience par tous ses fans.

 

Cet article a été rédigé par Patricia afin de parler d'un auteur-compositeur-interprète qui possède un véritable talent et un univers des plus agréables. Merci Patricia pour cet article qui reflète bien l'attachement et l'admiration que tu portes à George Pappas.

 

Retrouvez toute l'actualité d'Alien Skin sur sa page officielle : http://www.alienskinmusic.com/ 

 

 

Repost 0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 09:33

 

PETER-GABRIEL.gifPETER GABRIEL REAL WORLD

Auteur : Franck BUIONI
Edition : Camion Blanc
Année de parution : 2009
Type : Biographie
Nombre de pages : 441
Prix : 32.00€

 

« 1977. Les hordes punks ont déboulé dans le paysage rock des seventies. The Sex Pistols, The Clash et The Jam réinstallent l'urgence rock, une notion totalement disparue durant l'époque progressive. Elvis est sur le point de mourir, les Rolling Stones font l'objet de toutes les suspicions et même les Beatles sont voués aux gémonies par les plus radicaux d'entre eux. The Who, The Pink Floyd ou Led Zeppelin donnent l'impression d'avoir perdu toute créativité, toute vitalité, toute énergie. Peter Gabriel, lui, avait pris la tangente dès 1975, disparaissant de l'espace musical britannique par un rejet immodéré du show business. L'électronique emplissait les studios, la crise s'installait pour durer et les minauderies tombaient en désuétude. L'avenir s'annonçait incertain, sombre et inquiétant. Mais justement, Peter Gabriel était l'homme de la situation, excellant dans le domaine du mystère, des ténèbres et des interrogations. Le moment semblait propice, et il savait que la décennie à venir serait sienne... »

 

Une chose est certaine, Franck Buioni n’a pas ménagé ses efforts pour sortir un livre qui retrace le parcours de cet ovni de la scène internationale, et ceci pour le plus grand plaisirs des admirateurs du Gab.

Là où le concept est intelligent est qu’il ne fait pas que détailler uniquement le personnage en occultant tout le reste. Non ! Franck Buioni nous livre une analyse complète non seulement de l’homme de Bath, mais aussi du contexte politique, culturel. Cette approche « mondiale » est idéale pour mieux appréhender l’œuvre de Peter Gabriel et ses convictions, ses engagements. Nous comprenons mieux ainsi le pourquoi de certaines compositions musicales et ses influences au fil des années.

L’artiste est un fou furieux de travail, d’électronique, et se prend de passion pour tout ce qui touche à l’informatique. Son travail et ses compositions reflètent avec brio cet aspect particulier.

Autant les fans que les néophytes y trouveront leur compte, car l’auteur ne fait pas qu’effleurer le travail de cet homme, mais apporte une foultitude de détails que bien des fans ne doivent pas connaitre.

Une masse de travail incroyable pour un résultat parfait et très agréable à lire. Nous n’y trouvons pas que les aspects positifs de Peter Gabriel, car le livre aborde aussi ses côtés sombres, et ses faiblesses sont mises en évidence. Même si l’auteur est bien évidemment un grand admirateur de cet artiste indomptable, il n’en demeure pas moins lucide et garde un œil critique indispensable.  

Si je devais retenir deux éléments à propos de ce livre, je dirais qu’il est excellemment complet, et aussi « un rien » anti ‘80s musicalement. J’ai parfois grincé des dents devant l’écriture passionnée de Franck Buioni, notamment sur les passages évoquant les années 80, mais on ne peut pas être d’accord sur tout… sinon quel en serait l’intérêt ?

Mais il est clair qu’après les deux décennies précédentes, et l’émergence de nouveaux courants et d’une culture musicale terriblement forte, les ‘80s peuvent sembler plus fades. Question de goûts…

Bref, un très bon ouvrage à se procurer d’urgence pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur cet artiste hors pair, marginal, de la scène musicale !

Si vous souhaitez en savoir plus sur son auteur, et suivre son actualité, c’est ici que ça se passe : http://franckiegoes.blogspot.com/

 

 

Franck-Buioni.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Fibromyalgie
  • Fibromyalgie
  • : Ce site est consacré à la fibromyalgie et tout ce qui tourne autour de cette pathologie si douloureuse et du handicap qu'elle génère. Un des buts est d'en partager les connaissances et les conséquences souvent désastreuses qu'elle a à tous les niveaux de la vie. La fibromyalgie nous concerne TOUS, et de plus en plus ; elle est en passe de devenir un véritable phénomène de société, un problème de santé publique si aucune solution n'est trouvée rapidement. 3 millions d'enfants, de femmes, d'hommes, et sans doute davantage en raison d’erreurs chroniques de diagnostics et de l'aveuglement de certains médecins, en sont atteints en France, pays des droits de l'homme qui pourtant étouffe en permanence cette maladie handicapante et ignore de manière brutale les fibromyalgiques et les répercussions ultra-violentes que cette maladie ô combien douloureuse a sur les malades. On persiste à la qualifier de maladie nouvelle qui n'aurait que quelques dizaines d'années... C'est pourtant ignorer le fait qu'on en parle déjà au début du 19e siècle... le nom a évolué au bon vouloir des médecins, mais la maladie reste la même et provoque toujours plus de dégâts...
  • Contact

Profil

  • David
  • Serial lecteur, musicophile invétéré, j'aime également plonger sur une page blanche et lui donner vie... la maladie n'est pas une finalité, elle est un renouveau qu'il faut apprivoiser.
  • Serial lecteur, musicophile invétéré, j'aime également plonger sur une page blanche et lui donner vie... la maladie n'est pas une finalité, elle est un renouveau qu'il faut apprivoiser.

Actualité

fibro autopsie couverture mercure dauphinoisfibro autopsie 4ème couverture mercure dauphinoisFIBROMYALGIE - AUTOPSIE D'UNE DOULEUR AU ZENITH

est en vente  sur le site des éditions Le Mercure Dauphinois :

 

 

http://www.lemercuredauphinois.fr/data/pages_site/nouveautes.php

  Article, extraits & avis des lecteurs : http://lunaire-iris-des-sens.over-blog.fr/article-fibromyalgie-renaud-hantson-114281522.html 

 

 

couverture Mise en ligne

Site des éditions Brumerge : link

Article avec commentaires des lecteurs : MAUVAISES ONDES

N'hésitez pas à laisser un commentaire ici et sur le site éditeur Brumerge ainsi que sur Babelio : link

Recherche