Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 10:00

D'une vie à l'autreD’UNE VIE À L’AUTRE

Auteur : Marie-Laure BIGAND
Édition : Laura Mare éditions
Année de parution : 2009
Type : Roman
Nombre de pages : 302
Prix : 19.50€

« Clarisse et Émilie ont une vie que tout oppose. Rien n'est fait pour qu'elles se rencontrent. Mais un jour, tout va basculer. Leurs chemins se croisent sans qu'elles ne s'y attendent dans des circonstances qui pourraient sembler anodines...Jusqu'au jour où le destin va s'en mêler. Ces deux jeunes femmes vont alors s'unir d'une manière surprenante.


Il suffit parfois de peu de chose pour que tout bascule... D'une vie à l'autre, une histoire bouleversante qui nous entraîne au cœur des sentiments et où l'émotion nous emporte de la première à la dernière page.


D'une vie à l'autre, nous démontre que la vie n'est pas un long fleuve tranquille et qu’elle peut emmener tout un chacun sur des sentiers inattendus. »



Acheté début 2011, j’ai regretté de ne pas l’avoir lu plus tôt.


Un livre avec une écriture résolument féminine, très agréable à lire, et dont l’action monte crescendo. Il devient difficile de le lâcher plus l’histoire avance. Ce récit incroyable pourrait bien arriver dans la vie de tous les jours, et c’est bien ce qui fait peur… Il est parfois préférable d’ignorer la vérité, surtout dans un cas comme celui-ci. La gémellité réserve bien des surprises.  


Marie-Laure Bigand nous livre un roman sensible, où l’amour et l’honnêteté prennent tous leurs sens. Le récit est convaincant, les personnages sont crédibles.


Les pistes se brouillent et nous donnent envie de connaitre le dénouement, qui pour le coup nous prend par surprise et nous laisse le souffle court.


Un livre et une auteure à découvrir !  

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 00:06

les-combustibles.jpgLES COMBUSTIBLES

Auteur : Amélie Nothomb
Édition : Le Livre de Poche
Année de parution : 1994
Type : Roman
Nombre de pages : 89
Prix : 3.50 €


« La ville est assiégée. Dans l’appartement du Professeur, où se sont réfugiés son assistant et Marina, l’étudiante, un seul combustible permet de lutter contre le froid : les livres…

Tout le monde a répondu une fois dans sa vie à la question : quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? dans ce huis clos cerné par les bombes et les tirs de snipers, l’étincelante romancière du Sabotage amoureux pose à ses personnages une question autrement perverse : quel livre, quelle phrase de quel livre vaut qu’on lui sacrifie un instant, un seul instant de chaleur physique ? Humour, ironie et désespoir s’entre-tissent subtilement dans cette parabole aux résonances singulièrement actuelles. »

 

Un autre huis clos ; trois personnages s’affrontent dans un contexte de guerre. Une situation où le manque de chaleur, de chauffage, se fait sentir cruellement. On peut se rendre sur une certaine place afin d’échapper définitivement à ces difficultés… ou alors se lancer dans un débat passionnant sur la valeur des livres et de leurs auteurs.

 

Le but : se réchauffer ; l’intellect bien sûr, mais aussi physiquement, en usant du combustible disponible dans cet appartement. Des rapprochements tactiques se font, des inimitiés se créent, et ce qui doit arriver voit enfin le jour…

 

Une discussion, car le livre est plus une pièce de théâtre, mettant en scène trois personnages.

 

Nous avons tous des livres ; il y a ceux que nous aimons et souhaitons garder pour les relire et les partager avec des proches ; et il y a les autres dont nous vidons régulièrement les étagères… quelle serait notre réaction si nous chauffer relevait du vital ? Serions-nous prêts à les regarder se consumer afin de nous apporter quelques minutes de chaleur ?

 

Une lecture à découvrir et à savourer au coin du feu…

 

Daniel Schell a réalisé un opéra en 1994 sur la base du roman d’Amélie Nothomb ; des extraits sont disponibles  à l’adresse :

http://www.clicmusic.be/Combustibles_fr.php

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 23:32

les-catilinaires.jpgLES CATILINAIRES

Auteur : Amélie Nothomb
Édition : Le Livre de Poche
Année de parution : 1995
Type : Roman
Nombre de pages : 151
Prix : 5.00 €


« La solitude à deux, tel était le rêve d’Émile et de Juliette. Une maison au fond des bois pour y finir leurs jours, l’un près de l’autre.

Étrangement, cette parfaite thébaïde comportait un voisin. Un nommé Palamède Bernardin, qui d’abord est venu se présenter, puis a pris l’habitude de s’incruster chez eux chaque après-midi, de quatre à six heures. Sans dire un mot, ou presque. Et cette présence absurde va peu à peu devenir plus dérangeante pour le couple que toutes les foules du monde…

C’est une comédie très noire, d’une lucidité tour à tour drôle et dévastatrice, que nous offre ici l’auteur d’Hygiène de l’assassin et de Stupeur et tremblements. »

 

Imaginez que vous décidiez de changer de cadre de vie. Vous emménagez dans votre nouvelle demeure, et un voisin vient se présenter. Sympathique attention de prime abord, n’est-ce pas ?

 

Mais que feriez-vous si ce voisin revenait à heure fixe chaque jour, s’installait au même endroit chez vous, et ne participait à la conversation que via des réponses des plus laconiques pour ne pas dire monosyllabiques ?

 

Quelles en seraient les répercussions sur votre vie, votre couple, votre vision de la vie et des autres, vos rapports avec autrui et votre propre caractère ?

 

Une intrigue rondement menée, des personnages comme seule Amélie Nothomb  peut en présenter et les faire vivre.

 

Qui sortira indemne de ce huis clos et de quelle manière ? Une seule solution pour le savoir…

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 00:51

 

 

 


le voyage d'hiver

LE VOYAGE D’HIVER

 

 

Édition : Le Livre de Poche
Année de parution : 2009
Type : Roman
Nombre de pages : 119
Prix : 5.00 €

 


« Il n’y a pas d’échec amoureux.


Zoïle est tombé éperdument amoureux de la douce Astrolabe, mais la jeune femme consacre tout son temps à Aliénor, une romancière géniale quoique légèrement attardée. Par dépit, il décide de détourner un avion et de l’envoyer percuter la tour Eiffel. A moins que…»

 

 

 

 

 

 

 

 

Il me semble que les paroles d’Aragon pourraient tout aussi bien s’appliquer à ce récit :

 

« Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force

Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit

Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix

Et quand il croit serrer son bonheur il le broie

Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Il n'y a pas d'amour heureux »

 

Alors qu’il entre dans l’avion afin de mener son projet à exécution, Zoïle nous fait le récit de ce qui l’a amené à ce choix extrême de faire exploser un avion.

 

Amélie Nothomb déroule une histoire où la folie de l’amour l’emporte sur tout le reste, sur toute pensée rationnelle. On y découvre Zoïle au travers des différentes étapes de ce parcours amoureux.

 

Le langage utilisé, contrairement à ses autres ouvrages, est simple et efficace. Chaque scène est décrite avec une simplicité étonnante, mettant l’accent sur les sentiments des protagonistes. Un étrange ménage à trois, entre une Astrolabe coincée par sa promesse d’indéfectibilité à une auteure autiste et un Zoïle dont les sentiments vont évoluer au fil du récit et atteindre le paroxysme que l’on sait.

 

L’acte de Zoïle n’est pas sans rappeler les évènements tragiques de 2001.

 

Un livre qui se lit très vite, facilement, mais qui manque d’un petit quelque chose… une écriture plus sage, moins affûtée, moins incendiaire, en serait-elle la cause ?

 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 00:44

biographie-de-la-faim.jpgBIOGRAPHIE DE LA FAIM

Auteur : Amélie Nothomb
Edition : Le Livre de Poche
Année de parution : 2006
Type : Roman
Nombre de pages : 189
Prix : 5.50 €

 


« L’auteur de Stupeur et tremblements (Grand prix du roman de l’Académie française 1999) et de Métaphysique des tubes fait revivre ses souvenirs d’enfance au Japon et en d’autres lieux où l’a conduite la carrière de son père diplomate.


Au cœur du kaléidoscope : sa faim.


Le mystère de la faim, goinfre, joyeuse ou tragique et angoissante, quête perpétuelle d’un accomplissement inaccessible.


Un récit pudique et sincère, qui manie l’humour noir et la provocation. »

 

Le moins que l’on puisse dire est que je suis content d’être passé par-dessus mon impression initiale. Les premières pages m’ont semblé d’un ennui terrible, avec une description de la faim dans tous ses états.


Néanmoins, la suite est savoureuse et l'on prend plaisir, comme toujours, à se plonger dans l’univers Nothombien, et y côtoyer l’humour léger ou noir, les passages exaltés ou profondément durs.


Les souvenirs d’Amélie sont en tout cas des plus variés.


Le Japon y a toujours sa place, et cela n’est pas pour déplaire.


Nous y trouvons une Amélie qui traverse les années en alternant les situations à la limite du rocambolesque, en même temps que les pays parcourus.


Comme toujours, nous y apprenons quelques mots nouveaux, ce qui est aussi la caractéristique de sa plume. Mais où va-t-elle chercher de tels mots ?!


La toute dernière page du récit m’a marqué, et laisse à réfléchir en renvoyant vers les valeurs essentielles de notre existence.


Alors, un livre à lire ? Oui ! le début peut sembler un peu rébarbatif, mais cet aspect passager sera vite oublié dans le feu de la lecture de la suite de l’histoire.

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 09:55

golgotha-le-nouveau-roman-de-carine-geerts.jpegGOLGOTHA

Auteur : Carine GEERTS
Édition : Brumerge
Année de parution : 2011
Type : roman — drame
Nombre de pages : 129

« Meryem Goldstein découvre à la mort de son père un précieux manuscrit. Celui-ci est écrit en araméen, et représenterait la véritable source écrite par l’évangéliste Marc sur la Passion du Christ, rédigé dans les jours qui suivirent la crucifixion.

Gardienne des écritures, Meryem va devoir se méfier de tout le monde, et sans le savoir, elle partira à la rencontre des mystères de la vie et de la mort de Jésus.

Si ce manuscrit se révèle véridique, c’est l’Église de Rome qui tremblera sur ses fondations.»

Un récit grave qui traite d’un sujet qui chatouille la communauté religieuse depuis la nuit des temps. Mythe ou réalité, l’auteure n’apporte bien entendu pas de réponse, mais livre une histoire pleine de rebondissements qu’il est vraiment plaisant de lire.

Meryem nous fait cheminer sur les traces de son père et de la passion qui l’a habité durant toute sa vie. Des retrouvailles un peu spéciales au mysticisme religieux, la fin rappelle, de par ses lignes, certains textes traitant de branches extrêmes et secrètes du clergé.

Un lexique vient agrémenter la lecture pour les non-initiés, et permet ainsi une meilleure compréhension.

Certaines choses ne peuvent être prouvées, dépendent d’une foi indéfectible où la science n’a pas son mot. L’univers n’a pas de début ni de fin et cette conception même est impossible à comprendre pleinement, au même titre que certains aspects purement religieux.

D’autres découvertes « doivent » être cachées au plus grand nombre afin de ne pas perturber l’équilibre instable de la chrétienté.

Un voyage aux portes de Jérusalem, ville lumière. Une plongée au cœur de l’histoire qui ne peut laisser indifférent.

Carine Geerts traite de différents sujets au fil de ses ouvrages, avec un plaisir renouvelé. Des recherches sérieuses viennent nourrir les textes, et accroissent le plaisir de lire. J’ai toujours pensé que je n’aimais pas certaines catégories de livres ; je m’aperçois aujourd’hui que c’est avant tout une affaire d’accroche avec l’écriture de l’auteur, un problème de style de plume bien plus qu’autre chose.

Nul doute que ce livre séduira au même titre que ses prédécesseurs.    

 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 11:55

coucous-front.jpgLES COUCOUS

Auteur : Eva LUNABA
Edition : Volpilière
Année de parution : 2011
Type : nouvelles
Nombre de pages : 47
Prix : 7.00 €

 

 

« Quand les plantes vénéneuses redonnent à une vieille dame toute sa dignité…

Un herbier comme guide subtil pour éradiquer de son nid les petits crimes conjugaux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà une nouvelle d’une exquise subtilité et d’une construction de la plus grande finesse, magnifiquement illustrée par Rachel BERGERET (retrouvez là sur son site : http://midinettesinthecity.blogspot.com/), et Aurélie FOIN pour les illustrations intérieures (http://lillusgraphie.ultra-book.com/).

« Les coucous » est une nouvelle déconcertante à la première lecture, du fait de sa structure. Néanmoins, la chute est inattendue, surprenante, et ne donne qu’une envie : recommencer l’ouvrage à la première ligne !

La deuxième lecture permet de saisir toute la finesse des mots, cette composante indissociable du style de l’auteure, qui prend grand soin à les choisir afin de viser au plus juste, toucher le cœur et l’esprit.

Éva LUNABA nous relate en 47 pages une vie d’amour et de trahisons. Maxence et Audrey traversent les années en vivant une passion létale. Audrey trouvera cependant dans les plantes et leurs vertus un exutoire qui ira jusqu’à les unir au-delà de la vie.      

Un écrin du plus bel effet et un contenu à lire sans modération donnent à cette nouvelle toutes ses lettres de noblesse.

 

coucous-back.jpg 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 18:04

amelie nothomb hygiène de l'assassinHYGIENE DE L’ASSASSIN


Auteur : Amélie NOTHOMB
Edition : Albin Michel
Année de parution : 1992
Type : Roman
Nombre de pages : 222
Prix : 05.00 €

Prétextat Tach, prix Nobel de littérature, n'a plus que deux mois à vivre. Des journalistes du monde entier sollicitent des interviews de l'écrivain que sa misanthropie tient reclus depuis des années. Quatre seulement vont le rencontrer, dont il se jouera selon une dialectique où la mauvaise foi et la logique se télescopent. La cinquième lui tiendra tête, il se prendra au jeu. Si ce roman est presque entièrement dialogué, c'est qu'aucune forme ne s'apparente autant à la torture. Les échanges, de simples interviews, virent peu à peu à l'interrogatoire, à un duel sans merci où se dessine alors un homme différent, en proie aux secrets les plus sombres. Dans ce premier roman d'une extraordinaire intensité, Amélie Nothomb manie la cruauté, le cynisme et l'ambiguïté avec un talent accompli. 

 

Ce livre fait désormais partie de mes préférés. Premier roman d’Amélie Nothomb, celui-ci est une véritable jouissance, une explosion de dialogues meurtriers tous plus subtils les uns que les autres.

 

Amélie nous livre ce qui pourrait ressembler à une pièce de théâtre, la narration n’y ayant quasiment pas de place. Une véritable maitrise des mots qui ne souffre aucun temps mort rend ces échanges palpitants. Même si l’on comprend rapidement que forcément, à un moment donné, va arriver celui, ou celle, qui va désarçonner le grand Pretextat Tach, le récit se déroule et se dévore sans se poser de questions (hormis sur quelques mots d’un vocabulaire relativement élaboré qui parfois nécessite la présence d’un dictionnaire).

 

L’auteure se révèle cruelle au possible, maniant ce sadique plaisir avec brio. Pas question de parler du Japon dans cet ouvrage, aucune référence à ce sujet. On s’en passe facilement tant les dialogues tueurs sont truculents et ciselés avec perfection.

 

Le point qui reste négatif à mes yeux est le rapide changement (peut-on dire conversion ?) de Nina dans les dernières pages. Autant la lutte orale et l’agonie verbale prennent tout le livre pour arriver à une fin qui déroute par sa rapidité, un peu comme si elle avait été bâclée. Le cahier des charges de l’éditeur y serait-il pour quelque chose… ? Elle aurait méritée quelques dizaines de pages supplémentaires. Cela n’enlève rien à la qualité du récit qui est de très belle facture.

 

Et si vous ne comprenez pas le titre, ne vous inquiétez, pas son interprétation apparaitra d’une manière explicite au cours de votre lecture.

 

A se procurer d’urgence et à lire sans modération !

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 07:00

Couverture-Metaphysique-Des-Tubes-Amelie-Nothomb.jpgMETAPHYSIQUE DES TUBES

Auteur : Amélie NOTHOMB
Edition : Albin Michel
Année de parution : 2000
Type : Roman
Nombre de pages : 157
Prix : 04.50 €

Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles – déglutition, digestion, excrétion -, ses parents l’ont surnommée la Plante. L’intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube.

Mais ce tube, c’est Dieu.

Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n’est pas éternelle, même au pays du Soleil levant…

Avec cette « autobiographie de zéro à trois ans », la romancière de Stupeur et tremblements nous révèle des aspects ignorés de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais.

 

Pour une autobiographie, celle-ci sort pour le moins de l’ordinaire. Amélie use d’un humour acide et grinçant tout au long du récit, ce qui est particulièrement agréable.

 

Le titre du livre prend principalement sa signification dans la première partie de l’histoire où l’on apprend que durant deux ans et demi Amélie est restée sans la moindre réaction. Déglutition, digestion, excrétion, étant ses principales voire uniques fonctions. Tel un tube qui se remplit et se vide, le corps humain peut être considéré comme tel ; à bien plus forte raison dans certaines conditions, telle celle décrite ici.

 

L’amour de l’auteure pour le Japon est omniprésent et d’une force incroyable. Des anecdotes sur le métier de son père sont absolument croustillantes, et nous retrouvons également cette différence frappante entre la culture européenne et la culture japonaise.  

 

Il est clair que si l’on aborde ce livre au premier degré il va sembler ridicule pour certains, inintéressant pour d’autres. Il faut le lire avec une bonne dose d’humour et de gravité (non non il n’y a pas de paradoxe…), exactement comme l’est Amélie Nothomb, dont j’aime de plus en plus le style et cette écriture si particulière.

 

Si nous connaissons tous les malheurs de Sophie, nous entrons ici dans le monde d’Amélie avec ses bonheurs et ses malheurs, chaque sentiment étant entier et ne laissant place à aucune ambiguïté.

 

Sur ce, je file m’informer de l’hygiène que peut avoir un assassin ; je suis sur qu’Amélie Nothomb saura encore dans ce récit montrer tout son talent et sa finesse…    

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:00

acide-sulfurique.jpgACIDE SULFURIQUE


Auteur : Amélie NOTHOMB
Edition : Albin Michel
Année de parution : 2005
Type : Roman
Nombre de pages : 213
Prix : 05.50 €

Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle.

 

Une petite fable cynique jonglant à souhait avec le beau et le laid, le bien et le mal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stupeur_et_tremblements_amelie_nothomb.jpgSTUPEUR ET TREMBLEMENTS


Auteur : Amélie NOTHOMB
Edition : Albin Michel
Année de parution : 1999
Type : Roman
Nombre de pages : 187
Prix : 04.50 €

Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l’implacable rigueur de l’autorité d’entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie sociale au pays du Soleil levant. D’erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu’au rang de surveillante des toilettes, celui de l’humiliation dernière. Une course absurde vers l’abîme – image de la vie -, où l’humour percutant d’Amélie Nothomb fait mouche à chaque ligne. Entre le rire et l’angoisse, cette satire des nouveaux despotismes aux échos kafkaïens a conquis un immense public et valu à l’auteur d’Hygiène de l’assassin le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999.

 

 

 

 

 

cosmetique-de-l-ennemi.jpgCOSMETIQUE DE L’ENNEMI 

Auteur : Amélie NOTHOMB
Edition : Albin Michel
Année de parution : 2001
Type : Roman
Nombre de pages : 140
Prix : 12.00 € (broché)

« Sans le vouloir, j'avais commis le crime parfait : personne ne m'avait vu venir, à part la victime. La preuve, c'est que je suis toujours en liberté. »

C'est dans le hall d'un aéroport que tout a commencé.

Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d'avance.

Il lui a suffi de parler. Et d'attendre que le piège se referme.

C'est dans le hall d'un aéroport que tout s'est terminé.

De toutes façons, le hasard n'existe pas.


Ce sont mes trois premiers Nothomb ! Il y a bien longtemps que cela me titillait les méninges et un détour par la librairie et la bibliothèque m’ont fait succomber ; et c’est tant mieux !

 

Un univers bien particulier que celui de Miss Nothomb, un peu décalé, mais terriblement agréable à lire et dépaysant. Un de ces trois romans se déroule au pays du soleil levant, le Japon. L’immersion est totale, et l’on plonge dans l’univers japonais au travers des us et coutumes du pays. L’auteure connaissant fort bien cette contrée du monde, elle nous en parle avec plaisir et ravissement.

 

J’ai vraiment dévoré ces romans ; certes ils sont courts, mais très prenants.

 

Et les titres ! Quels titres ! Ils sortent de l’ordinaire, interpellent, intriguent, mais on trouve toujours un lien, une explication au fil des pages. Des titres courts, surprenant, qui appellent à la lecture, qui sera également tout aussi captivante.

 

 « Acide sulfurique » nous plonge dans un univers carcéral intégré à un jeu télévisé. Une vision futuriste d’une société en perpétuelle quête de nouveauté en matière de jeu ; la téléréalité à un degré effrayant. L’attrait d’un audimat sans cesse en hausse pousse les réalisateurs à une émission inhumaine mais qui malgré tout bat des records d’audience. L’héroïne séduit par son code moral ; aucune difficulté pour trouver un pendant avec notre époque.

 

« Stupeur et tremblements » nous plonge au sein de la société japonaise au travers d’une approche du milieu professionnel et de tous ses codes de fonctionnement.

 

La différence culturelle saute aux yeux et est très bien exploitée ; cela prouve qu’il est particulièrement difficile de s’intégrer et que cette intégration passe par des stades douloureux.

 

« Cosmétique de l’ennemi » explore la folie, même si cela n’est visible que tardivement. Une approche psychologique de « la maladie cérébrale » qui ne se dévoile que vers la fin du roman. Une maitrise parfaite et jouissive !

 

 

Pour ceux qui veulent suivre l’actualité d’Amélie Nothomb, c’est ici que ça se passe : http://www.amelie-nothomb.net/

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 07:31

damna.jpgDAMNA

Auteur : Carine GEERTS
Edition : Brumerge
Année de parution : 2010
Type : roman
Nombre de pages : 109

"Alaïz de Foix est une jeune femme d’une irrésistible beauté, aux lèvres pleines de promesses, mais le sexe comme l’Amour reste pour elle une énigme. Pour découvrir le sens sacré de sa sexualité, elle devra trouver le chemin de la réconciliation avec elle-même. Elle devra apprendre à se connaître et pour y arriver, aller au bout de ses limites, s’annihiler totalement, perdre la conscience de son égo, de ses désirs, de sa volonté propre. Elle devra rencontrer ses démons et ses ténèbres, aller au bout des choses. Tout expérimenter dans le domaine de l’Amour pour accéder au sacré… » 

 

 


HYMNE A ISIS

 

Parce que je suis la première et la dernière

Je suis la vénérée et la méprisée

Je suis la prostituée et la sainte

Je suis l’épouse et la  vierge

Je suis la mère et la fille

Je suis les bras de ma mère

Je suis la stérile et mes enfants sont innombrables

Je suis la bien mariée et la célibataire

Je suis celle qui donne le jour et celle qui n’a jamais procrée

Je suis la consolation des douleurs de l’enfantement

Je suis l’épouse et l’époux

Et c’est mon homme qui m’a crée

Je suis la mère de mon père

Je suis la sœur de mon mari

Et il est mon fils rejeté

Respectez-moi toujours

Car je suis la scandaleuse et la magnifique


Hymne à Isis, III siècle ap.J,-C.,
découvert à Nag Hamadi

 

Ce très beau texte amène, à lui seul, l’intensité et la fragilité du récit qui va suivre. Cette introduction illustre parfaitement la complexité féminine dans la relation amoureuse. De même, la couverture est illustrée par la représentation « Le Graal » de Dante Gabriel Rossetti, et cela donne le ton de cette quête commune à toutes les femmes.

Une histoire qui démarre sur une note de légèreté alors que l’on fait connaissance avec Alaïz.

Puis le ciel s’obscurcit et le ton se fait plus dense. L’histoire prend un tournant déroutant et décisif auquel on ne s’attend pas du tout. Une belle surprise car il est tellement désagréable de deviner à l’avance ce qui va se passer.

D’aventure en aventure, cette jeune fille devient femme, telle une chrysalide achevant sa métamorphose, et découvre l’amour avec ses joies et ses désillusions. Un parcours initiatique difficile, sauvage, qui peut rappeler les affres sectaires dans un certain sens, et d’autres situation bien entendu.

L’auteure tranche complètement avec ses précédents écrits. Certes, nous retrouvons l’intensité des émotions à laquelle nous sommes habitués, mais le ton est résolument plus grave.

Malgré cela, il se dégage de ce roman une sensualité débordante qui vient rafraichir l’ambiance avec délicatesse et brio.

109 pages me direz-vous, c’est court. C’est vrai ! Mais est-il besoin d’avoir un livre plus épais pour avoir un récit fort, maitrisé, et complet ? Non, la preuve ! Aucune hésitation à avoir, cet ouvrage est à lire passionnément…

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 23:55

 

Couv-6-jrs-face.jpgSIX JOURS A BEYROUTH

Auteur : Jean-Michel LEBOULANGER
Edition : Editions du Chat Noir
Année de parution : 2007
Type : roman
Nombre de pages : 225
Prix : 17.00€

 

« Juin 1982 : Un avion venant du Caire à destination d’Ankara fait une escale forcée à Beyrouth. A ce moment précis, la fermeture de l’aéroport est décrétée. Pendant six jours, les passagers vont demeurer dans une ville en état de guerre, plongés dans les luttes intestines qui dévorent le pays à la veille de l’opération Galilée et de l’invasion du Liban par Israël.

Un jeune archéologue, davantage habitué aux ruines antiques que modernes, et une jeune agronome belge découvrent la guerre, l’amour et l’absurde.

Une absurdité éternelle qui aboutira devant les ruines du World Trade Center à New York.»


Une histoire émouvante et brutale à la fois. Il ne s’agit pas d’un simple « je t’aime, tu m’aimes » au travers d’une rencontre entre un homme et une femme, non, pas du tout.

Nous vibrons entièrement au fil des pages, nous apprenons à aimer l’autre, celui qui parle une langue différente, celui qui possède une culture que nous ne comprenons pas ou peu.

 

Nous vivons au rythme d’un pays ravagé dont la beauté extérieure est atteinte, et qui pourtant renferme tant de richesses, culturelles, humaines.

Ce livre n'est ni plus ni moins qu’un cri d’amour, un cri de tolérance !

Au détour d’une situation inattendue vont se développer différents évènements qui vont définitivement changer la vie de  Jean.

Son  regard, sur lui, ses origines, sa vie, le Liban et par extension le Moyen-Orient, va le changer à jamais. Comme une cicatrice qu’il pourra caresser quand bon lui semble.

Et pourtant la fin est terrible, surprenante.

« Nous devrions regarder plus souvent les étoiles et nous dire que nos problèmes sont minuscules par rapport à l’échelle de l’univers. Nous ne sommes rien, pas même un grain de poussière, que dalle. (…) Que de belles choses nous pourrions faire, si nous étions moins cons… »  

pages 57-58

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:37

Voici un superbe teaser sur le livre "six jours à Beyrouth" de Jean-Michel LEBOULANGER dont sera publié d'ici quelques temps la fiche de lecture...

 


 

 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 13:47

 

 

 

demon-des-brumes.jpgDEMON DES BRUMES

Auteur : Corine M.
Edition : Edilivre
Année de parution : 2009
Type : roman
Nombre de pages : 97


"Epuisée par son divorce, Alex Lepage, se réfugie dans son château en Provence. Elle y rencontre un homme charmant, Lucas, le prêtre du village. Un jour, en fouillant dans sa cave, elle découvre un monolithe aux étranges propriétés .La vie de la jeune femme va alors basculer. Seul Lucas semble capable de lui venir en aide. Mais que peut un simple curé contre les forces de l’Enfer ?"

« Et cette odeur… Des cadavres devaient être enterrés là-dessous. Elle frémit en se remémorant la chaleur oscillante de la pierre, comme une espèce de matière vivante. Non, non ce n’était pas possible ; elle se savait un peu claustrophobe et la peur lui avait fait imaginer des choses irréelles. Voilà tout. Elle en parlerait d’abord à son seul ami du coin, Lucas. Dès demain. Il était si brillant… Il trouverait sûrement une explication rationnelle et rassurante. »

Corine M. nous livre son premier ouvrage avec une histoire qui monte en intensité au fil des pages.

Le début ne laisse en rien présager de la fin, et à plusieurs reprises je me suis vu faire fausse route dans mon raisonnement… Et c’est tant mieux !

Ne vous laissez pas rebuter par le nombre de pages, car l’intensité du récit est telle que vous ne regretterez pas votre acquisition. Quantité n’est pas forcément gage de qualité !

Alex et Lucas vont vous embarquer dans un domaine sombre et déroutant, ou le mythe côtoie l’irrationnel.

Si vous possédez une vieille bâtisse, un conseil : ne vous appuyez pas trop fort sur les murs de la cave…

 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 23:29

entre-les-pages-front.jpgENTRE LES PAGES...

Auteur : Jean-Michel LEBOULANGER
Edition : Editions du Chat Noir
Année de parution : 2009
Type : roman
Nombre de pages : 229
Prix : 19.00€

 

« Résumons :

Mon père est mort et veut que j'aille répandre ses cendres à Dachau.

Sarah, l'ex femme de ma vie, squatte mon esprit et j'en deviens dingue.

Céline, l'ex future femme de ma vie me laisse délicatement sur son palier.

Et avec tout ça, je n'ai plus de boulot...

 

Alors autant partir en voyage en Bavière avec papa en bandoulière.

Au moins, j'aurai quelqu'un avec qui parler... »


Après « six jours à Beyrouth » et « Les Aigles de Vienne », Jean-Michel Leboulanger nous entraîne sur les chemins de l'amour : filial, amical et amoureux, mais également sur les chemins de la trahison.

Sur un ton ironique et plein d'autodérision, nous suivons avec délectation Gabriel dans son périple « Entre les pages... »

 

Un livre à l'ambiance dense mais légère, sombre et joyeuse. Un roman bourré d'émotions, avec une sensibilité à fleur de peau.

On y découvre une plume qui manie un sujet grave et qui ponctue son récit par de nombreuses notes d'humour. Et ce mélange, parfaitement dosé, ne lasse pas, ni ne plombe l'histoire à aucun moment.

Un retour en arrière de plusieurs décennies plonge le lecteur dans une période cruciale de notre histoire.

Au travers de Gabriel et de son père, on y découvre des choses inavouables, des sujets « tabous ». Et la vérité éclate d'une manière terriblement surprenante et qui ne peut laisser indifférent.

La douleur est constante, et le bonheur se révèle petit à petit, émergeant d'une situation pourtant difficile. Une histoire qui connait de multiples rebondissements, où les sentiments prennent réellement toute leur signification et leur importance.

Jean-Michel Leboulanger nous transporte dans un récit qui se dévore, tout simplement. Un livre qui vous fera sourire et pleurer, mais aussi réfléchir...

Petit supplément - surprenant et très sympathique - qui renseigne sur l'aspect créatif de l'auteur, on trouve en fin de livre une page où sont exposées les différentes musiques écoutées durant l'écriture.

Alors le seul conseil que je puisse donner est celui d'aller se procurer "Entre les pages...", car cet ouvrage bouleversant vaut vraiment le coup d'être lu ; vous ne le regretterez pas !


      

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 01:29

intime-evidence.jpgINTIME EVIDENCE

Auteur : Eva LUNABA

Edition : Le Manuscrit
Année de parution : 2006
Type : roman
Nombre de pages : 58

"De cette liaison, leurs amis ne connaissent que l’essentiel, deux comètes qui se sont percutées un soir d’insomnie sur l’autoroute du Net. En pleins phares, ils se sont reconnus . Astres aimants, ils n’ont même pas eu peur…

Des nuits enchantées à se déshabiller l’âme sous le regard complice de leur webcam. Des journées sans fin à se rhabiller par peur de prendre froid.

C’est tragique, bouleversant, Lucas une lumière évanescente, Hani son port d’attache, son Mas, un hymne immortel, l’amour au-delà des yeux, l’amour au-delà des cieux, parce que c’était lui, parce que c’était elle…

Se savoir aimée, aide à surmonter bien des choses, et même le pire…

Cette intime évidence."


Je suis définitivement conquis par Eva Lunaba !

Les mots, les sentiments, le style, touchent, percutent, bouleversent.

On part d’une situation qui peut sembler banale, un moment de vie tout simple, et pourtant l’histoire prend une tournure à laquelle on ne s’attend pas…

La magie des mots opère, et on se laisse porter par le récit.

Eva explore l’être humain, au plus profond de ses sentiments, et transmet d’une manière juste et pleine de sensibilité ce qu’elle y puise.

Qu’importe la taille du livre, on y trouve l’essentiel en se prenant ses récits de plein fouet !

Eva me fait penser à cet auteur immense qu’était Stefan Zweig ; il partait d’un élément de la vie de tous les jours, et le menait à son paroxysme avec maestria.

Il racontait des histoires de passions intenses pouvant aller parfois jusqu'au morbide ou à la folie.

Une fine psychologie de l’être se retrouve au travers des récits de ces deux auteurs.

Vous verrez, après avoir lu Eva, cela vous semblera comme une intime évidence…   

 

 

 

Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 22:02

TILLIA TEPE
Auteur : Carine GEERTS
Edition : Brumerge
Année de parution : 2009
Type : roman drame
Nombre de pages : 132


"Zorah est perse, elle a quinze ans et n'a jamais connu son pays autrement qu'en guerre.

Assez grande pour être soumise aux codes religieux ordonnés par les chiites ; Zorah va subir les pressions familiales pour la forcer à se marier.

Battue par son mari Khushal Khattak ; c'est désespérée, qu'elle décide de s'enfuir du domicile conjugal pour rallier la cause de l'ordre des Hashashins du Qa'im et des adeptes du mouvement bahaïste.

C'est auprès du poète Omar Khayyâm, que Zorah va découvrir l'Amour, mais aussi les Rubaïyates mystiques permettant d'accéder au fabuleux et inestimable trésor de Tillia Tépé que les hommes du Qa'im ont caché dans la forteresse d'Ifahan, avec les écrits sacrés de Baha'u'llah qui déstabiliseront les bases du chiismes par leurs diées libérales et révolutionnaires."



Carine est une enchanteresse.
Je dois dire que lorsque l'on plonge dans son écriture, on a du mal à en sortir.
Les sentiments sont d'une telle force qu'on ne peut que se trouver pris au piège et vivre intensément l'histoire.
L' écriture est fluide, fine, et pourtant tant de force et de persuasion suintent de chaque mot, de chaque phrase ; un peu comme une histoire vécue en fait, d'où l'on sent le personnage marqué au fer rouge, avec des sentiments que lui seul peut évoquer et faire partager ; voilà, c'est exactement ce que je ressens lorsque je lis les livres de Carine !
Elle nous fait entrer dans un monde dans lequel elle vit entièrement la vie des protagonistes ; elle est chacun d'eux.
Ce que j'aime beaucoup aussi, comme pour Mundélé, ce sont les mots dans la langue originelle avec l'explication donnée dans le lexique ; on s'immerge un peu plus et cela donne plus de caractère et de dépaysement.
Les très belles Rubaïyates en fin de livre sont à lire absolument.
Je ne savais pas, inculte que je suis, qu'Omar Khayyâm avait réellement existé.
Si vous souhaitez plus de renseignement sur ce personnage : --> link
Carine a fait un énorme travail de recherche afin de nous livrer cet écrit.
Certains pourront peut-être y trouver quelques erreurs, mais le récit que nous offre Carine compensera divinement cela.
Allez donc jeter un oeil, éventuellement les deux !, aux nombreux commentaires de ses lecteurs, juste ici : link
Sans oublier son blog : link
Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 11:33

TANT QUE C'EST TOI

Auteur : Eva LUNABA
Edition : Le Manuscrit
Année de parution : 2008
Type : roman
Nombre de pages : 68


"Jeune bibliothécaire, Maylis découvre dans une chambre d'hôtel un ouvrage oublié. En quête de son propriétaire, elle reconnaîtra son Autre dans les pleins et déliés d'une correspondance amoureuse.
Une liaison épistolaire au parfum sulfureux des amants du XIXe siècle, George Sand et Alfred de Musset."


Je m'attendais à un phrasé très poétique, voire trop. Et de la poésie, Eva en pose dans chaque mot, jusqu'à le rendre "visible" ; cela pour notre plus grande joie.
J'ai pris énormément de plaisir à lire cet ouvrage, et j'avoue que mes yeux se sont bien embués...
L'écriture est très agréable, terriblement imagée, prenante, chaque mot trouvant sa place, sa poésie, sa force, perçant jusqu'au coeur du lecteur.
Ce qui est amusant c'est que pour mon cas du moins, j'avais l'impression d'alterner entre un style poétique et un autre plus commun (sans aucune connotation péjorative attention !!!!!).
On sent que l'auteure aime les mots, aime l'amour et ses dépendances, aime donner de l'envie.
Le choix des mots est parfait, la force des mots et des sentiments est omniprésente et on ne peut qu'entrer dans le récit et vivre cette aventure pleinement avec les protagonistes. Ils deviennent nos amis.
Comme je l'ai lu quelque part, on ne sort pas indemne ; je partage ce sentiment entièrement.
Merci de ce beau voyage, de ces émotions sincères, de ces battements de veines que j'ai pris énormément de plaisir à partager...
Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 00:52

MUNDELE

Auteur : Carine GEERTS
Edition : Brumerge
Année de parution : 2008
Type : roman drame
Nombre de pages : 155

"Cet ouvrage est le récit d'un homme dont l'échelle des valeurs a été bouleversée au contact d'autres hommes et d'autres femmes, de qui tout le sépare : les origines comme les préoccupations.
C'est l'histoire d'une quête, celle de Willis Thijs, qui décide brusquement de tout abandonner : argent, métier et prérogatives sociales... pour repartir à zéro et vivre auprès des Pygmées Babingas.
Il ne savait pas qu'il allait resentir palpiter la Vie, grâce à une jeune Pygmée : Aimée Bizi Bazouma et qu'elle allait lui faire connaître le Bonheur Véritable, empreint de Pureté et d'Harmonie.
Il ne savait pas qu'il allait devoir repartir en Belgique, dégoûté, meurtri et poursuivi par l'opprobre de la société bien pensante des Belges au Congo."


Ce n'est pas le genre d'ouvrage vers lequel tend ma préférence habituelle, néanmoins je l'ai lu avec une grande avidité, et suis prêt à le lire à nouveau !
Je n'ai qu'un regret : qu'il ne fasse pas environ mille pages, écrit sur papier bible avec une écriture en 8 !!
Bref, pour résumé : un vrai bonheur !!!
Mundélé est avant tout une histoire d'Amour ; l'amour d'une femme pour une culture, un pays, un peuple, et cela se sent dès les premiers mots et au travers de chaque page.
Mundélé est aussi un hymne : à la vie, à l'amour, à la différence, à l'acceptation interraciale, à l'ouverture culturelle, à l'ouverture d'esprit ; et cela est présent tout au long du livre.
Durant ma lecture, j'avais l'impression d'entendre les tam-tams et le bruissement des feuilles, de crouler sous la chaleur de la hutte en poto-poto, et de ressentir véritablement les sentiments de Willy depuis son arrivée jusqu'à sa révélation au travers de la tribu des babingas et de ses rites initiatiques.
On sent que l'auteure a du mettre beaucoup d'elle-même dans ce récit... ce qui le rend tellement vivant, prenant !
Le soucis du moindre détail à nous faire partager nous immerge totalement dans ce monde. L'amour et la découverte, l'apprentissage culturel donne une belle leçon à nous autres occidentaux qui sommes d'ordinaires obtus aux différences culturelles, ethniques, religieuses.
Cela donne envie d'ouvrir les yeux et de regarder, avec tout ce que ce mot implique.
Autre point très agréable : les nombreux mots en langue locale distillés tout au long du récit, avec un lexique en fin d'ouvrage, qui nous livre les traductions de ceux ci.


Repost 0
Published by David - dans ROMANS
commenter cet article

Présentation

  • : Fibromyalgie
  • Fibromyalgie
  • : Ce site est consacré à la fibromyalgie et tout ce qui tourne autour de cette pathologie si douloureuse et du handicap qu'elle génère. Un des buts est d'en partager les connaissances et les conséquences souvent désastreuses qu'elle a à tous les niveaux de la vie. La fibromyalgie nous concerne TOUS, et de plus en plus ; elle est en passe de devenir un véritable phénomène de société, un problème de santé publique si aucune solution n'est trouvée rapidement. 3 millions d'enfants, de femmes, d'hommes, et sans doute davantage en raison d’erreurs chroniques de diagnostics et de l'aveuglement de certains médecins, en sont atteints en France, pays des droits de l'homme qui pourtant étouffe en permanence cette maladie handicapante et ignore de manière brutale les fibromyalgiques et les répercussions ultra-violentes que cette maladie ô combien douloureuse a sur les malades. On persiste à la qualifier de maladie nouvelle qui n'aurait que quelques dizaines d'années... C'est pourtant ignorer le fait qu'on en parle déjà au début du 19e siècle... le nom a évolué au bon vouloir des médecins, mais la maladie reste la même et provoque toujours plus de dégâts...
  • Contact

Profil

  • David
  • Serial lecteur, musicophile invétéré, j'aime également plonger sur une page blanche et lui donner vie... la maladie n'est pas une finalité, elle est un renouveau qu'il faut apprivoiser.
  • Serial lecteur, musicophile invétéré, j'aime également plonger sur une page blanche et lui donner vie... la maladie n'est pas une finalité, elle est un renouveau qu'il faut apprivoiser.

Actualité

fibro autopsie couverture mercure dauphinoisfibro autopsie 4ème couverture mercure dauphinoisFIBROMYALGIE - AUTOPSIE D'UNE DOULEUR AU ZENITH

est en vente  sur le site des éditions Le Mercure Dauphinois :

 

 

http://www.lemercuredauphinois.fr/data/pages_site/nouveautes.php

  Article, extraits & avis des lecteurs : http://lunaire-iris-des-sens.over-blog.fr/article-fibromyalgie-renaud-hantson-114281522.html 

 

 

couverture Mise en ligne

Site des éditions Brumerge : link

Article avec commentaires des lecteurs : MAUVAISES ONDES

N'hésitez pas à laisser un commentaire ici et sur le site éditeur Brumerge ainsi que sur Babelio : link

Recherche